Choisir

Le bois | Le bouchon | Les clés | La patte d’ut

Le bois

Je propose deux essences de bois différentes :

- l’ébène du Mozambique (dalbergia melanoxylon), aussi appelé Grenadille : bois tropical noir d’aspect, l’un des bois les plus dense (densité de 1.20) moins sensible aux variations d’humidité et de température que l’ébène d’Afrique (diospyros crassiflora). Son gros avantage est sa stabilité dans le temps, notamment pour les flûtes à clés.

Très lourd et très dur, il favorise un son rauque et timbré.

- le buis français, quoique d’une densité plus faible que l’ébène du Mozambique (0.93), possède une texture extrêmement fine sans fibre apparente qui permet un très beau poli de la perce. Naturellement moins stable que la grenadille, il nécessite plus de préparation lors de la fabrication. Le bois « bouge » plus, en fonction des variations d’humidité, ce qui peut parfois être gênant pour les flûtes à clés.

Il procure un son plus clair et plus brillant, mais légèrement moins riche en harmoniques. Sa relative légèreté peut être un avantage pour certains musiciens.

Le choix est avant tout une affaire de goût quant au son que l’on recherche, au poids de l’instrument, mais aussi à l’aspect purement visuel de la flute. Si le buis est moins stable, il est aussi légèrement moins sujet aux fentes (de par sa relative souplesse).

Le bouchon réglable

Bouchon_reglable_recadre_300pDans une flûte, la place du bouchon permet d’ajuster la hauteur des octaves : plus le bouchon est proche de l’embouchure, plus les deuxième et troisième octaves seront hautes par rapport à la première, et inversement. Il y a donc théoriquement une position idéale (souvent entre 19 et 20mm par rapport au centre de l’embouchure), mais en fait cela dépend de la façon de souffler de chacun.

Parallèlement à ça, plus on baisse la flûte (donc en éloignant la tête du corps) plus le rapport entre les octaves augmente, il faudra alors rapprocher légèrement le bouchon de l’embouchure. Certaines flutes du XIXe siècle faisaient d’ailleurs cela automatiquement via un système mécanique.

Pour ces deux raisons, un bouchon réglable apporte un confort indéniable, mais n’est pas indispensable : on peut très bien régler un bouchon standard pour sa façon de jouer, et si l’on change de beaucoup la hauteur de la flûte, on peut modifier au souffle la légère différence de justesse.

Ceci dit, il est relativement peu onéreux et très pratique.

Les clés

Lors de l’achat d’une flûte traversière irlandaise, on se demande souvent quel modèle prendre : avec ou sans clés.
Une flûte sans clé est limitée au tonalités de ré et sol majeur ainsi que leur relatif mineur (en d’autres termes, les notes : ré, mi, fa#, sol, la, si, do et do#); alors qu’un instrument à 6 clés est entièrement chromatique et permet de jouer dans toutes les tonalités.
Ainsi, tout dépend du répertoire que l’on souhaite jouer : pour la musique irlandaise et en se limitant aux airs de tin whistle, les clés ne sont pas utiles. Par contre si l’on élargit son répertoire aux airs de violon, on se verra limité et l’apport des clés offre beaucoup plus de liberté. Pour d’autres musiques (bretonne, jazz, classique, etc…), les clés deviennent vites indispensables.

clés_centrales_600p

Les flûtes sans clés ont pu acquérir une réputation d’instrument pour débutant, ce qui est totalement faux : le nombre de clés n’influe aucunement sur la qualité de l’instrument et je porte autant de soin à la fabrication de mes différents modèles.

Je propose également des flûtes sans clé, mais prêtes à en recevoir. Quoique plus chères que les flûtes simples, elles permettent de rajouter les clés à l’unité par la suite, le coût final étant le même que celui d’une flûte complète. Cela peut également être une bonne solution si l’on n’a pas besoin de toutes les clés.

La patte d’ut

patte_d'ut_profil_300pLes flûtes anglaises du XIXe siècle étaient presque toutes munies de clés permettant de jouer les do et do# graves.
Beaucoup de flûtes irlandaises possèdent ces deux trous au bas de l’instrument, inaccessibles aux doigts, mais sans clé. En effet, les do et do# graves sont rarement utilisés dans le répertoire de flûte et on les enlève souvent par soucis d’économie. Cependant ces notes peuvent être utiles pour jouer certains airs moins spécifiques à la flûte, ou dans d’autres styles de musique.
Comme pour les clés en général, mettre ou non des clés pour la patte d’ut dépend du répertoire joué. On peut toujours opter pour une patte munie de bossages et rajouter les clés par la suite.

patte_d'ut_dessus_300pSur les flûtes anciennes ces clés sont particulièrement inconfortables, en raison de leur disposition transversale, et bruyantes à causer de leurs tampons en plomb qui claquent contre les pièces de métal ajoutées sur le haut des trous. J’ai donc préféré utiliser des tampons en cuir comme pour les autres clés, et j’ai modifié l’agencement des clés pour rendre leur usage plus ergonomique. Si l’authenticité du mécanisme est quelque peu bousculée, l’apport en confort d’utilisation le justifie largement à mon sens.